A LA CARABINE


ÉDUCATION ET PROXIMITÉ

Ateliers et création dans les lycées


A LA CARABINE

de Pauline Peyrade

Mise en scène Anne Théron

Avec 

Elphège Kongombé-Yamalé et

Mélody Pini

 

© Jean-Louis Fernandez

 

Ce n’est pas une réparation. Ce n’est pas une résilience. Parce qu’il y a des points de non-retour, des intolérables. Parce qu’à la violence extrême ne répond pas l’espoir, ni la compassion, ni la compréhension. Parce qu’il y a des choses qu’on ne peut pas sauver, des irréparables. Parce que l’irréparable ne doit pas être un renoncement.

Pauline Peyrade

 

Une fête foraine. Une gamine, seule,  accrochée à sa carabine, à un stand de tir : elle veut le gros dauphin en peluche. Un ami de son frère arrive. Il est supposé la surveiller, la protéger, qu’il ne lui arrive rien. Progressivement, le trouble entre eux s’installe. Finalement, la gamine accepte de suivre le jeune homme pour aller manger une barbe à papa en sa compagnie. Sur le chemin, elle accepte également de lui donner la main. Ce simple geste provoquera l’irréparable.

Anne Théron

 

Assistants : Claire Schmitt, Anthony Thibault

Scénographie, son, lumière : Anne Théron et Mickaël Varaniac-Quard

Régie générale : Mickaël Varaniac-Quard

Musique : Fabrice Theuillon (The Wolphonics)

 

Éducation & Proximité est un programme national de cohésion sociale par l’éducation artistique et culturelle, initié par La Colline et développé en partenariat avec le Théâtre national de Strasbourg et La Comédie de Reims.

Pour l’édition 2019-2020, le projet a proposé dans les lycées la création d’un texte inédit de Pauline Peyrade (éditions Les Solitaires Intempestifs), mis en scène par Anne Théron. Les élèves ont travaillé pendant plusieurs mois, en ateliers d’écriture et de jeu puis en «parcours du spectateur».

  

Présentation dans les lycées à Paris et à Reims en novembre 2019, à Strasbourg en janvier 2020.

 

Festival SPOT#7 : Théâtre Paris-Villette, 22-23 septembre 2020.

 

Ce projet est soutenu par Total Foundation et le fonds de dotation Chœur à l’ouvrage.

 


© Jean-Louis Fernandez


La presse en parle

 

(…) Ajoutons que les titres des deux spectacles-A la carabine pour Peyrade et Contes et légendes pour Pommerat-, traduisent bien l’esprit de leur écriture qui tourne résolument le dos au profil sociologique d’une « pièce sur.. » (l’émigration, le viol, le racisme, l’exclusion). On y aborde, certes, la violence entre enfants et singulièrement la violence envers les femmes et les filles, mais ce sont avant tout des œuvres d’imagination soutenues par deux écritures implacables, « à l’os » comme dit Anne Théron. Pauline Peyrade et sa metteuse en scène répondent d’une façon extraordinairement forte à une commande en en respectant les termes et en jouant avec les contraintes matérielles (…)

Balagan, le Blog de Jean-Pierre Thibaudat, 22 janvier 2020.

 

 

Avec délicatesse, Anne Théron s’empare de ce texte violent, lui donne une rondeur singulière, une âpreté mordante. Utilisant le rap, la rage, comme vecteur, elle questionne habilement les désirs adolescents, la découverte de la sexualité, les émotions embrouillées qu’elle engendre. Ciselant les mots, usant d’images percutantes, elle touche juste en obligeant chacun à s’interroger, à remettre en cause notre éducation, quelles que soient nos origines, qui veut que la femme soit une tentatrice en puissance et l’homme un être faible, incapable de dominer ses pulsions.

« En plein dans le mille », Olivier Frégaville, L’œil d’Olivier- CHRONIQUES ARTISTIQUES & RENCONTRES CULTURELLES 

 

Le texte de Pauline Peyrade, inscrit dans le parler des jeunes d’aujourd’hui en même temps que dans leurs préoccupations, est admirablement servi par la mise en scène et la direction, à la fois attentive et efficace, de deux belles actrices par Anne Théron.

Hotello/ critiques de théâtre par Véronique Hotte